Un groupe d’analyse des pratiques professionnelles, c’est :

  • Un lieu pour partager librement et sans jugement les difficultés concrètes de son travail,

  • Prendre conscience qu’il n’y a pas de difficulté si exceptionnelle qu’elle n’ait été vécue par d’autres,

  • Apprendre des situations vécues par d’autres professionels,

  • Échanger sur les différences de points de vue au sein d’une équipe,

  • Prendre du recul sur les modes de fonctionnement individuels et les réflexes de groupes,

  • Gérer les émotions,

  • Apprendre à analyser les véritables causes des problèmes rencontrés,

  • Mettre à jour les dynamiques et les enjeux masqués,

  • Différencier la fonction et la personne, l’identité et le comportement, l’être et le faire, l’intention et l’action,

  • Fédérer des équipes autour de valeurs partagées,

  • Révéler et lever les obstacles et les freins individuels et collectifs,

  • Aborder les situations dans leurs aspects implicites, latents, sous-entendus et tacites,

  • Comprendre les logiques institutionnelles et leurs enjeux financiers, organisationnels, relationnels, opérationnels,

  • Promouvoir la conciliation des intérêts individuels, collectifs et institutionnels,

  • Développer de vraies qualités relationnelles : communication, écoute, jugement,

  • Distinguer entre comportements à problème et problème d’organisation,

  • Sortir des rapports de force,

  • Faire émerger une culture commune d’entreprise à partir de son objet,

  • Parvenir à une idée partagée de ce que sont la qualité de travail au sein de l’entreprise et la qualité de vie au travail,

  • Comprendre l’organisation pour y trouver sa place,

  • Clarifier les délégations,

  • Amener chacun à mettre en œuvre le principe de subsidiarité :  connaître et respecter les délégations établies,

  • Apprendre à connaître et à gérer son responsable hiérarchique.

Prendre soin de tous

Que l’entreprise cahote ou qu’elle bondisse, qu’elle tangue ou qu’elle « tourne rond », les rapports professionnels mettent à mal chaque professionnels quel que soit son poste.

Les relations avec les clients, les fournisseurs, les collègues, la direction, exigent un effort qui ne peut être maintenu qu’au prix d’un travail permanent d’« entretien » de l’outil de travail par excellence : la personne elle-même. 

Chacun arrive dans l’entreprise avec son histoire, ses émotions, sa façon d’être, ses représentations, ses convictions politiques, religieuses, esthétiques, son savoir-vivre. Car le premier « outil de travail » dans l’entreprise c’est soi-même.  

Cet « outil de travail », l’homme, « les gens », demande un travail d’entretien. Certains proposent des salles de massages, des séances de sport.

Share This